Pensées antispécistes #2.2 : Tom Regan et le droit au respect

Dans le précédent article de la série, je vous ai expliqué l’interprétation que Tom Regan nous propose du principe de justice : chaque individu doté d’une valeur inhérente doit être traité de façons qui respectent cette valeur. Il nous propose également d’attribuer ce type de valeur à un individu sur la base de sa possession d’un ensemble de capacités, qu’il regroupe dans le critère « sujet-d’une-vie ».

Nous avons vu en quoi cette interprétation diffère du principe d’égale considération des intérêts, son pendant utilitariste tel que proposé par Singer. Cependant, les implications pratiques d’un tel énoncé restent en l’état assez floues. Pour clarifier ces implications, Regan nous propose de le dériver en termes de droits. Mais avant de se pencher sur les implications d’une telle théorie, il est nécessaire de comprendre la notion de droit. C’est à cela que l’on va s’atteler aujourd’hui. Alors : comment Regan appréhende-t-il cette notion ?

Lire la suite « Pensées antispécistes #2.2 : Tom Regan et le droit au respect »

Pensées antispécistes #2.1 : Tom Regan, justice, égalité, respect

Aujourd’hui, on s’intéresse à un nouvel auteur antispéciste. Après quatre articles sur Peter Singer, c’est Tom Regan qui est à l’honneur. Dans ce billet, je vais m’intéresser au principe fondamental de sa théorie éthique, explicitée dans Les Droits des Animaux : le principe de respect. Mais avant cela, commençons par une rapide biographie.

Lire la suite « Pensées antispécistes #2.1 : Tom Regan, justice, égalité, respect »

Pensées antispécistes #1.4 : Peter Singer et la substituabilité des animaux

J’ai présenté dans Pensées antispécistes #1.3 l’analyse de la doctrine de la sacralité de la vie que nous propose Singer. Selon son raisonnement cette doctrine doit, pour être justifiable, s’appliquer à la vie d’une personne, telle que défini dans Pensées antispécistes #1.2, et non seulement à la vie humaine. Par ce raisonnement, Singer ajoute donc à la nécessité de justifier la souffrance que les animaux subissent durant leur exploitation, celle de justifier leur mise à mort.

Ce raisonnement ne nous dit cependant rien du cas des animaux « seulement sentients », qui ne peuvent pas être considérés comme des personnes. Est-il mauvais de tuer de tels êtres? C’est cette question que je vais aborder aujourd’hui. Lire la suite « Pensées antispécistes #1.4 : Peter Singer et la substituabilité des animaux »

Pensées antispécistes #1.3: Peter Singer et la sacralité de la vie

Aujourd’hui, on s’intéresse à la question de la sacralité de la vie, et plus généralement au problème de la signifiance morale de la mort. J’ai déjà expliqué dans Pensées antispécistes #1.2 pourquoi Singer considérait la question de la mort beaucoup plus complexe que celle de la souffrance, sans pour autant expliquer en quoi la mise à  mort pouvait être considérée immorale.

On entame donc la réflexion sur ce sujet en s’intéressant à une idée courante: celle que la vie est sacrée. Lire la suite « Pensées antispécistes #1.3: Peter Singer et la sacralité de la vie »

Pensées antispécistes #1.2: Peter Singer et la différence entre souffrance et mort

Deuxième article de la série « pensées antispécistes ». On s’intéresse encore une fois à Peter Singer, mais cette fois plus spécifiquement à son approche de la question de la mort. C’est un sujet qu’il aborde assez peu dans Libération Animale, préférant baser son argumentation sur la question de la souffrance. Voyons pourquoi. Lire la suite « Pensées antispécistes #1.2: Peter Singer et la différence entre souffrance et mort »

WordPress.com.

Retour en haut ↑