Pensées antispécistes #2.3 : Tom Regan et l'outrepassement des droits

Dans les deux articles précédents, nous avons commencé à poser les bases de la théorie des droits de Tom Regan. Le premier s’est focalisé sur l’élément central de sa théorie : son interprétation du principe de justice. Le second a apporté quelques clarifications sur la façon dont Regan appréhende le concept de droits moraux. En conclusion de ce dernier, j’ouvrais sur la question de l’outrepassement des droits, et notamment de celui à ne pas subir de dommages. Sans surprise, c’est donc de cela que nous allons traiter aujourd’hui.

Lire la suite « Pensées antispécistes #2.3 : Tom Regan et l'outrepassement des droits »
Article mis en avant

Consommation d’eau et environnement : comment ça marche ?

Dans un article précédent, j’ai évoqué la consommation d’eau de l’élevage, avec la critique d’un chiffre en particulier : 15 000 L d’eau pour 1 kg de bœuf. Dans cet article, j’expliquais que la méthode utilisée pour estimer ce chiffre ne permettait pas d’estimer l’impact d’une telle consommation qu’il soit social, environnemental ou économique : l’empreinte eau ainsi calculée n’est qu’une mesure de l’utilisation et de la dégradation d’une ressource. Mais alors, l’impact d’une consommation d’eau, ça se mesure comment ? On va essayer d’apporter quelques éléments de réponse dans cet article.

Lire la suite « Consommation d’eau et environnement : comment ça marche ? »
Article mis en avant

Elevage, sécurité alimentaire et utilisation des terres: un immense gaspillage?

Dans un article précédent, j’avais abordé la question de l’efficience des systèmes d’élevage: c’est à dire de la quantité d’aliments produits en rapport à la quantité consommée. Cet article montrait que bien que les systèmes d’élevage soient souvent inefficients, certains (notamment les systèmes laitiers) peuvent au contraire contribuer favorablement à la sécurité alimentaire.

Seulement, je soulevais en conclusion un point qui me dérangeait dans cette analyse: en évaluant l’efficience vis à vis des aliments consommés par l’élevage, on se concentre sur une ressource secondaire et on occulte donc une potentielle compétition sur la ressource primaire: les terres agricoles. Ce que je vous propose donc aujourd’hui, c’est d’analyser ce problème d’utilisation des terres. Lire la suite « Elevage, sécurité alimentaire et utilisation des terres: un immense gaspillage? »

Article mis en avant

Pensées antispécistes #2.2 : Tom Regan et le droit au respect

Dans le précédent article de la série, je vous ai expliqué l’interprétation que Tom Regan nous propose du principe de justice : chaque individu doté d’une valeur inhérente doit être traité de façons qui respectent cette valeur. Il nous propose également d’attribuer ce type de valeur à un individu sur la base de sa possession d’un ensemble de capacités, qu’il regroupe dans le critère « sujet-d’une-vie ».

Nous avons vu en quoi cette interprétation diffère du principe d’égale considération des intérêts, son pendant utilitariste tel que proposé par Singer. Cependant, les implications pratiques d’un tel énoncé restent en l’état assez floues. Pour clarifier ces implications, Regan nous propose de le dériver en termes de droits. Mais avant de se pencher sur les implications d’une telle théorie, il est nécessaire de comprendre la notion de droit. C’est à cela que l’on va s’atteler aujourd’hui. Alors : comment Regan appréhende-t-il cette notion ?

Lire la suite « Pensées antispécistes #2.2 : Tom Regan et le droit au respect »

Dix kilos de végétaux pour un kilo de viande : l’élevage se sert il dans nos assiettes ?

Voilà une stat qu’on peut entendre fréquemment : pour produire un kilo de viande, il faut dix kilos de végétaux. Dans la bouche d’un.e animaliste, ce chiffre peut être utilisé dans différents contextes : impact de l’élevage sur l’utilisation des sols, réponse à l’argument du cri de la carotte… Mais c’est son utilisation dans un contexte bien particulier qui m’intéresse aujourd’hui : celui de la disponibilité alimentaire. Ici l’argument est souvent qu’étant donné qu’il faut dix kilos de végétaux pour produire un kilo de viande, l’élevage contribuerait à la faim dans le monde. Mais ce chiffre est-il pertinent dans ce contexte ? C’est ce qu’on essaie de voir aujourd’hui.

Lire la suite « Dix kilos de végétaux pour un kilo de viande : l’élevage se sert il dans nos assiettes ? »

Pensées antispécistes #2.1 : Tom Regan, justice, égalité, respect

Aujourd’hui, on s’intéresse à un nouvel auteur antispéciste. Après quatre articles sur Peter Singer, c’est Tom Regan qui est à l’honneur. Dans ce billet, je vais m’intéresser au principe fondamental de sa théorie éthique, explicitée dans Les Droits des Animaux : le principe de respect. Mais avant cela, commençons par une rapide biographie.

Lire la suite « Pensées antispécistes #2.1 : Tom Regan, justice, égalité, respect »

15 000 L d’eau pour un kilo de bœuf, vraiment ?

Dans la catégorie « arguments environnementaux contre la consommation de produits d’origine animale », je m’intéresse aujourd’hui à la consommation d’eau. Sur ce point il y a une statistique qui revient fréquemment : il faudrait 15.000 litres d’eau pour produire un seul kilo de bœuf. Rien que ça.

Que penser de ce chiffre ? Est-il juste ? Qu’est-ce qu’il veut dire ? C’est ce qu’on va essayer de démêler. Et tant qu’à faire, on va s’intéresser au sujet de manière un peu plus générale. Au programme :

  • Explication de l’origine de ce chiffre : qu’est-ce qu’une « empreinte eau » ?
  • Empreintes eau des produits d’origine animale : influence du mode d’élevage, valeurs en France par rapport à la moyenne mondiale.
  • Comparaison des empreintes eau des produits d’origine animale et des végétaux.
  • Influence du régime alimentaire sur l’empreinte eau.
Lire la suite « 15 000 L d’eau pour un kilo de bœuf, vraiment ? »

WordPress.com.

Retour en haut ↑